L’écran brumeux de Silent Hill : souvenirs du locus terribilis

Cette semaine, j'ai voyagé dans l'horreur et dans la féerie. J'ai fait connaissance avec Rebecca Chambers et son partenaire, un playboy en cavale appelé Billy Cohen lors d'un trajet de "non-retour"[1] à bord de l'Eclipse Express : découverte tardive de la version HD Remastered de Resident Evil 0. A contre-cœur, j'ai mis fin à la [...]