Mon enfant, mon idéal : L’identité fabriquée dans « Orphan » et « The Boy ».

Le printemps est la saison de la renaissance. Croyez-vous que tous les bourgeons donneront d’innocentes et délicates fleurs ? Les épines sont souvent le fruit du plus long et conséquent travail de fabrique d’un être; elles en sont les défenses, et peut-être même la plus belle partie.

Le cinéma de genre, en particulier le thriller, peuple nos imaginaires d’enfants d’exception qui marquent le temps de la renaissance, sous de bien cruels hospices. A l’image du cerveau de ces « fleurs » trompeuses, ces esprits derrière le masque de l’innocence enracinent dans la cellule familiale les abysses de l’esprit dans toute sa complexité. C’est à cette identité montée de toutes pièces que je vous invite à réfléchir dans les deux films que j’ai choisi : Orphan a.k.a Esther (2009) et le récent The Boy (2016).

Venez le découvrir, ainsi que les dernières enquêtes en date du monde culturel sur XULUX : https://www.xulux.fr/cinema/mon-enfant-mon-ideal-lidentite-fabriquee-dans-orphan-et-the-boy/

Bonne lecture !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s