Théâtre bizarre

Un grand et ancien opéra, plongé dans la nuit.

Pourtant je me remémore l’instant d’avant, devant les grands portes du hall ; les gens qui attendaient, entre les masses desquels je m’étais glissée comme un fantôme.

Me voilà toute seule à présent, dans une des loges. Les ténèbres rendent les dimensions de la grande scène insondables. Je distingue un peu les reliefs des sculptures sur les murs – sirènes, anges semblables à d’affreux bébés, animaux fabuleux – comme éclairées par une lueur subaquatique les peignant de couleurs mouvantes bleutées, mauves et verdâtres.

Je cherche quelqu’un, toujours la même personne. Mais je n’ai pas encore fait un seul pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s