Carmilla et moi : Un rêve de vampire

Dans ce rêve, je suis un aventurier, plutôt jeune et plutôt bellâtre, avec une queue de cheval, une chemise de lin et des bottes de pirate.

Je suis assis dans un fauteuil au dossier si long qu’il aurait mieux accueilli un géant mince. Mes poignets sont liés aux accoudoirs. Devant moi se dresse une longue table remplie de victuailles. Les bougies des chandeliers de fer éclairent le damier du sol et les colonnes de pierre les plus proches, ainsi qu’un mur couvert de sculptures de chimères, de monstres et de figures humaines, se perdant, comme les colonnes, dans l’obscurité. Les dimensions sont impossibles à sonder et le plafond n’est qu’une nuit opaque.

Mon hôte et joallière est Carmilla ; elle a une coiffure haute semblable à celle de Gary Oldman dans Dracula. C’est une femme svelte aux globes oculaires complètement noirs et portant une robe écarlate. Elle crie, casse des assiettes, m’insulte parce que j’ai essayé de m’enfuir.

[ellipse]

Je me suis libéré je ne sais comment.

J’ai grimpé comme un vrai petit singe au sommet d’une des tours du château, afin d’avoir une meilleure perspective de l’ensemble.

Mais je découvre avec horreur que le château est une forêt de tours noires dont les formes évoquent des mille-pattes dressés vers le ciel. Il occupe toute l’île, au milieu d’un océan de ténèbres.

Au-delà, je le sais au fond de moi, il n’y a plus rien…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s